France 2030 : MedTechLab innove pour l’autonomie des seniors

Porté par l’École des Mines de Saint-Etienne, AÉSIO Santé et AÉSIO mutuelle, le MedTechLab sera doté d’un financement de 1,2 million d’euros pour pérenniser son living lab, développer ses activités et financer plus particulièrement deux projets. Ce laboratoire d’idées fait en effet partie des 25 projets retenus comme Tiers lieu d’expérimentation, dans le cadre de la stratégie nationale d’accélération “Santé numérique” du plan France 2030.

Développé au sein du MedTechLab, le projet ANA permettra de détecter précocement les maladies neuro-évolutives grâce à une application mobile. (Crédit : MedTechLab)

« Cette reconnaissance nationale positionne le MedTechLab comme un acteur majeur de l’innovation dans le domaine de la santé et de l’autonomie, et en particulier dans le secteur médico-social. Nous pourrons désormais proposer aux industriels un service complet du concept à la réalisation du produit minimal viable, en passant par la formation », estiment les dirigeants du living lab, Vincent Augusto et Guillaume Gardin.

Le MedTechLab accompagne les entreprises dans leurs innovations

Grâce à cet appel à projet, deux projets pourront être financés. Le projet ANA, mené en collaboration avec la start-up Dynseo, vise à développer un serious game sur mobile pour repérer les troubles cognitifs des seniors au stade précoce et ainsi détecter plus tôt de possibles maladies neuro-évolutives. De sont côté, le projet ESLIB, en partenariat avec les Ateliers du Haut Forez, permettra d’évaluer l’efficacité du sommeil des seniors grâce à un lit intelligent équipé d’un capteur ballistocardiographique.

De son côté, le projet ESLIB évaluera le sommeil des seniors grâce à un lit intelligent. (Crédit : MedTechLab)

Si jusqu’alors le MedTechLab réalisait des concepts, des études de faisabilité technique et scientifiques et des études d’usage, les financements de France 2030 permettront au living lab de proposer des études cliniques, des analyses médico-économique et des études de marché, jusqu’au développement d’un produit minimum viable. Face à ce développement, la structure prévoit la création de cinq emplois d’ici l’été 2024. Des formations pour les décideurs de l’industrie de la santé seront aussi créées cette année, grâce, notamment, à son intégration dans le réseau CoDEMO 5.0 (Co-Creative Décision-Makers for 5.0 Organizations), qui l’ambition de créer, au niveau européen, une formation destinée aux managers de la santé du futur.

Antonin Tabard