Un médicament contre l’asthme efficace contre les allergies alimentaires ?

Le New England Journal of Medicine vient de publier les résultats d’une étude de phase 3 qui révèle que le Xolair, un médicament déjà connu et jusqu’alors utilisé dans le traitement de l’asthme, serait aussi efficace pour prévenir les allergies alimentaires. La FDA a d’ailleurs approuvé l’utilisation de ce médicament développé par Novartis dans cette nouvelle indication chez les adultes, ainsi que chez les enfants de plus d’un an.

Développé par Novartis, le médicament Xolair déjà utilisé contre l’asthme vient de prouver son efficacité dans la prévention des allergies alimentaires. (Crédit : Novartis)

« Beaucoup de personnes souffrant d’allergies alimentaires, mais aussi leurs proches, vivent dans la peur constante d’entrer accidentellement en contact avec la nourriture à laquelle elles sont allergiques et la réaction allergique potentiellement mortelle qui pourrait se produire en conséquence. L’approbation de Xolair représente un changement de paradigme dans la façon dont les allergies alimentaires peuvent être gérées », déclare Reshema Kemps-Polanco, vice-présidente exécutive et directrice commerciale de Novartis US.

Un traitement pour mieux vivre avec ses allergies alimentaires

Présentée lors de la réunion annuelle de l’American Academy of Allergy, Asthma & Immunology 2024, cette étude financée en partie par les NIH a montré que le traitement par Xolair augmentait la quantité d’arachides, de lait, d’œufs, de blé et de noix (noix de cajou, noisette et noix) nécessaire pour provoquer des réactions allergiques modérées à sévères chez les personnes allergiques multialiments dès l’âge d’un an. Au total, 180 patients âgés de 1 à 55 ans et incapables de tolérer jusqu’à 100 milligrammes de protéines d’arachide (équivalent à environ un tiers d’une arachide) et jusqu’à 300 milligrammes d’au moins deux autres protéines alimentaires parmi le lait, l’œuf, la noix de cajou, la noix, la noisette et le blé ont participé à cette étude.

Après 16 à 20 semaines de traitement avec Xolair (omalizumab) ou placebo, chaque participant a terminé quatre défis alimentaires en aveugle distincts (y compris un ingrédient placebo) pour évaluer la capacité des patients à consommer une dose unique d’au moins 600 milligrammes de protéine d’arachide et une dose unique d’au moins 1.000 milligrammes de protéines de lait, d’œuf, de blé, de noix de cajou, de noisette ou de noix sans éprouver de réactions allergiques modérées à sévères.  Entre autres résultats, 67 % des patients ayant effectivement reçu l’omalizumab ont par exemple toléré une dose de 600 milligrammes de cacahuètes, contre seulement 7 % des patients ayant reçu le placebo.

Antonin Tabard