Intelligence artificielle : un usage croissant chez les professionnels de santé

À l’occasion de l’événement « Les Grandes Tendances de la e-santé », PulseLife, en partenariat avec Interaction Healthcare ont dévoilé un baromètre national sur l’impact de l’Intelligence Artificielle dans la pratique médicale. Découverte des principaux résultats. 

Progressivement, le numérique impacte l’ensemble des acteurs de santé. Parmi eux, les professionnels de santé qui voient le numérique impacter leur pratique médicale et la prise en charge de leurs patients que cela soit en milieu hospitalier ou en médecine de ville.

Image générée par une intelligence artificielle. (Crédit : Dall-E Open AI)

Parmi les technologies qui impactent la pratique médicale, l’intelligence artificielle devient omniprésente que cela soit au niveau de l’accès à l’information médicale, l’aide au diagnostic et à la décision ou le suivi des patients. Les solutions se multiplient en radiologie, chirurgie, cardiologie, pour la gestion hospitalière ou gestion de cabinet.

Cette enquête menée par PulseLife (ex 360 medics) dévoile les perspectives, les préoccupations et les aspirations de la communauté des soignants vis-à-vis de l’Intelligence Artificielle (IA) dans leur pratique quotidienne.

Usage de l’intelligence artificielle dans la pratique médicale : un paysage en évolution

Les solutions IA sont de plus en plus présentes et les professionnels de santé s’en emparent selon cette étude. En effet, plus d’1 soignant sur 2 (53%) intègre l’IA dans sa pratique quotidienne, démontrant un usage déjà bien établi de cette technologie.

Les contextes privilégiés d’utilisation sont l’aide à l’accès à l’information médicale (46%), la formation (37%), et la prescription de traitement (28%).

Pour les médecins, l’aide à l’accès à l’information médicale arrive aussi en tête avec 51%, suivie de l’aide à la prescription de traitement (36%), puis du diagnostic médical (35%).

Par ailleurs, l’impact positif de l’IA sur la prise en charge des patients est souligné par 88,4% des répondants, atteignant même 91% chez les médecins.

Dans quel contexte l’IA est utilisée ? (Crédit : PulseLife)

Des préoccupations légitimes

Autour de l’IA il y a toutefois des enjeux et défis à relevés sur de nombreux sujets pour développer la confiance comme la transparence des algorithmes, la confidentialité et sécurité des données, les niveaux de responsabilités…

Malgré un impact positif observé, la confiance en l’IA pour l’aide au diagnostic et à la prise en charge reste mesurée. 58,7% des professionnels déclarent avoir confiance, légèrement supérieur chez les médecins avec 63,5%.

Les biais algorithmiques (59%), la transparence des sources (50%), et la dégradation de la relation soignant-patient (49%) émergent comme les principales préoccupations.

Quelles sont leurs principales préoccupations ? (Crédit : PulseLife)

Notons également que 66,6% des soignants estiment que l’IA ne représente pas une menace pour leur profession ou compétences. Chez les médecins, cette perception plus marquée. Ils sont 70,4% à déclarer que l’IA ne représente pas une menace.

Perspectives d’avenir : un besoin de formation

Au-delà des usages et préoccupations légitimes, de nombreux avantages sont attendus dans l’utilisation de l’IA : amélioration du diagnostic (65,8%), gain de temps de soin (58,8%), et réduction des erreurs médicales (54,3%).

Quels avantages attendus de l’utilisation de l’IA ? (Crédit : PulseLife)

Concernant les tâches du quotidien pour lesquels les professionnels de santé souhaiteraient de l’assistance, les tâches administratives dominent les attentes (71%), suivis de l’analyse des données médicales (67%).

Toutefois les soignants émettent quelques inquiétudes au niveau de l’impact sur la relation avec les patients. Bien que 66% des soignants (64% des médecins) estiment que l’IA pourrait libérer plus de temps pour le patient, ils sont également 66% (60% des médecins) à exprimer des préoccupations quant à une possible dégradation du lien de confiance avec leurs patients.

Pour répondre à ce déferlement de l’intelligence artificielle, les soignants expriment un vrai besoin de formation. Cela fait d’ailleurs partie intégrante de la nouvelle feuille de route du numérique en santé pilotée par la Délégation au numérique en santé (DNS). Alors qu’ils sont seulement 6,6% à avoir reçu une formation spécifique sur l’IA, ils déclarent à 78,2% souhaiter recevoir une formation spécifique à l’IA (84% des médecins).

Cette demande montre l’importance de mettre en place des programmes de formation pour que les professionnels acquièrent une meilleure compréhension des applications de l’IA en santé, de ses avantages et de ses limites.

Pour conclure, cette étude nous montre que l’optimisme prédomine face à l’évolution rapide de l’IA en médecine avec seulement 9% des soignants qui se montrent pessimistes.

Les professionnels de santé s’ouvrent progressivement aux solutions d’IA pour les aider dans leur pratique au quotidien avec toutefois des interrogations légitimes sur cette technologie. Une évolution des usages à suivre dans le temps.

Rémy Teston
Consultant digital / Expert e-santé – Buzz E-santé


Source : IA en santé : alliée ou menace pour les professionnels santé ? PulseLife (ex 360 medics / Interaction Healthcare) – Janvier 2024

Méthodologie de l’enquête

L’enquête a été diffusée du 04/12/2023 au 13/01/2024 sur la base d’un questionnaire auto-administré sur le web auprès de la communauté de professionnels de santé de PulseLife (ex 360 medics). 1.700 répondants avec une représentation des différents métiers & exercices ont été pris en compte :

  • Parmi les professions : 52% de médecins, 20% d’infirmiers/IPA, 8% de pharmaciens, 3% d’aides-soignants, 17% issus d’autres professionnels (kinésithérapeutes, ostéopathes, dentistes…etc.)
  • 48% des répondants ont entre 25 et 44 ans, 38% d’entre eux ont plus de 45 ans et 14% ont moins de 25 ans
  • Un mode d’exercice entre établissement et ville qui varie selon les métiers